L’adjectif létal, très employé dans le domaine militaire, est à peu près synonyme de mortel, au sens de : donnant la mort.

 

     La graphie ‘léthal’ pourrait passer pour un anglicisme du fait que l’on écrit ‘lethal’ en anglais. En fait les deux semblent provenir d’un hellénisme commis par la langue latine elle-même. Il se lit, en effet, que ‘lethum’ aurait été produit à tort, il y a quelque deux mille ans, à partir de l’antique terme letum (mort violente). Le ‘th’, de fantaisie en l’occurrence, correspond au thêta grec, qui se retrouve, en français, dans pathos, théatre, graphe, mathématiques et... thêta.

 

     La faute sur’letal’ ayant été commise par la langue-mère, ce n’en est plus vraiment une. Tant d’eau a coulé depuis dans le lit du Léthé ! Il est donc permis de conclure que l’un et l’autre – létal et léthal – s’écrit ou s’écrivent ; l’orthographie n’en mourra pas.